LES CONFÉRENCES 2009




Pour sauver la planète, Sortez du capitalisme

Un autre monde est possible, il est indispensable, il est à notre portée. Le capitalisme, après un règne de deux cents ans, est entré dans une phase mortifère : il génère tout à la fois une crise économique majeure et une crise écologique d'ampleur historique.

Pour sauver la planète, il faut sortir du capitalisme, en recontruisant une société où l'économie n'est pas reine mais outil, où la coopération l'emporte sur la compétition, où le bien commun est plus important que le profit. Hervé Kempf explique comment le capitalisme a changé de régime depuis les années 1980 et a réussi à imposer son modèle individualiste de comportement, marginalisant les logiques collectives.

Pour sortir du capitalisme, il faut prioritairement se défaire de ce conditionnement psychique. L'oligarchie cherche à détourner l’attention d’un public de plus en plus conscient du désastre imminent en lui faisant croire que la la technologie pourrait surmonter l’obstacle. Cette illusion ne vise qu’à perpétuer le système de domination en vigueur. L’avenir n’est pas dans la technologie, mais dans un nouvel agencement des relations sociales. Ce qui fera pencher la balance, c’est la force et la vitesse avec lesquelles nous saurons retrouver l’exigence de la solidarité.

Pour sauver la planète, sortez du capitalisme paraît début 2009, aux éditions du Seuil. Comment les riches détruisent la planète, l'ouvrage précédent de Hervé Kempf, a rencontré un grand succès en France et dans le monde entier, avec des traductions en anglais, espagnol, italien et grec. Il est maintenant publié en poche (collection Points).


Pour sauver la planète,

Sortez du capitalisme

Hervé Kempf

 

Editions du Seuil

Date de Parution : début 2009

Collection : l’histoire immédiate



Pour aller plus loin : http://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Kempf



FRANCOIS RUFFIN
 « La guerre des classes »
 samedi 2 mai /16h30 - 18h00


 « La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la remporter.» C’est Buffett qui a formulé ce jugement. Pas Marie-George, non. Warren. Deux «f», deux «t». La première fortune mondiale.

Et c’est une évidence, sans doute, en cette époque où un «marché du luxe en forte croissance» côtoie «les émeutes de la faim». Une banalité, même, dans une France où le CAC 40 annonce des «profits records» et des «mégadividendes» tandis que, d’après l’INSEE, les salaires stagnent depuis trois décennies. Une certitude statistique quand 9,3% du PIB a glissé, en vingt ans, du Travail vers le Capital.

Une évidence, alors.

Sauf qu’il a fallu, justement, un Warren Buffett pour la dénoncer.

Jamais nous n’aurions osé, nous, prononcer ces mots, «guerre des classes»: par crainte de paraître «archaïques», «simplistes», «manichéens». Et, avec nous, c’est toute une gauche qui s’autocensure, qui s’enlise dans le salmigondis de la «complexité». Toute une gauche avec des chefs qui déguisent leur lâcheté en «courage», leur renoncement en «audace», et qui causent gentiment de «rénovation», de «modernisation» pour mieux masquer leur trahison.

 

François Ruffin est reporter pour l’émission de France Inter « Là-bas si j’y suis » et collabore au Monde diplomatique et à la revue Fakir.




La Guerre des classes

François Ruffin

 

Date de Parution : 08/10/2008

Collection : Documents

Prix public TTC : 19,00 €

Code ISBN / EAN 9782213638164 hachette : 3540622

Format (135 x 215)

Nombre de pages : 252



François Ruffin

Né en 1975, François Ruffin est journaliste. Diplômé du Centre de formation des journalistes, en 2002, il collabore à l’émission « Là-bas si j'y suis », sur France Inter, et au Monde diplomatique. Fondateur, en 1999, du journal Fakir, il a publié Les Petits Soldats du journalisme (Les Arènes, 2003) et Quartier Nord

Pour aller plus loin :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Ruffin

www.la-bas.org

www.monde-diplomatique.fr/2008/01/RUFFIN/15507



SERGE LATOUCHE

« Le pari de la décroissance »

 



Petit traité de la décroissance sereine

 

Date de Parution : 24/10/2007

Collection : Les Petits Libres

Prix public TTC : 3,50 €

Code ISBN / EAN : 9782755500073 / hachette : 4927471

Format (105 x 150)

Nombre de pages : 176


" La décroissance n'est pas la croissance négative. Il conviendrait de parler d'"a-croissance", comme on parle d'athéisme. C'est d'ailleurs très précisément de l'abandon d'une foi ou d'une religion (celle de l'économie, du progrès et du développement) qu'il s'agit.

S'il est admis que la poursuite indéfinie de la croissance est incompatible avec une planète finie, les conséquences (produire moins et consommer moins) sont encore loin d'être acceptées. Mais si nous ne changeons pas de trajectoire, la catastrophe écologique et humaine nous guette. Il est encore temps d'imaginer, sereinement, un système reposant sur une autre logique : une "société de décroissance". " S.L.

Serge Latouche est professeur émérite d'économie à l'université de Paris-Sud XI (Orsay). Cet " objecteur de croissance " poursuit l'analyse qu'il a donnée dans Survivre au développement (Mille et une nuits, 2004) puis dans Le Pari de la décroissance (Fayard, 2006).

 

 


#  Date de Parution : 11/10/2006

# Collection : Documents

# Prix public TTC : 19,00 €

# Code ISBN / EAN : 9782213629148 / hachette : 3531142

# Format (135 x 215)

# Nombre de pages : 312


Le terme «décroissance » sonne comme un défi ou une provocation, même si nous savons bien qu'une croissance infinie est incompatible avec une planète finie. L'objet de cet ouvrage est de montrer que si un changement radical est une nécessité absolue, le choix volontaire d'une société de décroissance est un pari qui vaut la peine d'être tenté pour éviter un recul brutal et dramatique.

 

Il s'agit donc d'une proposition nécessaire pour rouvrir l'espace de l'inventivité et de la créativité de l'imaginaire bloqué par le totalitarisme économiciste, développementiste et progressiste. Bien évidemment, elle ne vise pas au renversement caricatural qui consisterait à prôner la décroissance pour la décroissance. Celle-ci n'est envisageable que dans une « société de décroissance », c'est-à-dire dans le cadre d'un système reposant sur une autre logique.

Reste le plus difficile : comment construire une société soutenable, y compris au Sud ? Il faut en expliciter les diverses étapes : changer de valeurs et de concepts, changer de structures, relocaliser l'économie et la vie, revoir nos modes d'usage des produits, répondre au défi spécifique des pays du Sud. Enfin, il faut assurer la transition de notre société de croissance à la société de décroissance par les mesures appropriées.

Serge Latouche est l'un des « contributeurs historiques » de La Revue du MAUSS Influencé par les travaux de François Partant, Serge Latouche est membre fondateur et ancien président de l'association La ligne d'horizon, dont l'objectif est de poursuivre la réflexion que François Partant a exprimée dans ses livres et dans ses articles.

Dans le domaine des sciences humaines, il a développé une théorie critique envers l'orthodoxie économique, dénonce l'économisme, l'utilitarisme dans les sciences sociales et la notion de développement. Il critique notamment à travers une argumentation théorique et une approche empirique nourrie de nombreux exemples, les notions d'efficacité et de rationalité économiques. Il est également très critique à l'égard de la notion de développement durable qu'il considère comme une imposture et une ineptie.

Il est un des penseurs et des partisans les plus connus de la décroissance et tente de conceptualiser l'après-développement dans « un combat généralisé et organisé contre le mode de vie, devenu insoutenable, à l'échelle mondiale ». Pour Serge Latouche « c'est du côté de l'informel anti-développementiste qu'il convient de chercher refuge, comme forme d'économie capable de constituer une véritable alternative au libéral-productivisme ».    


Géobiologue dans le Morbihan, et spécialiste de la pollution électromagnétique, Thierry Gautier est  l’auteur du “GUIDE PRATIQUE DE L'HABITAT SANS NOCIVITÉ POUR LA SANTÉ” (éditions Conscience Verte).
 
LA MAISON ÉCOLOGIQUE
“Voici un guide pratique qui porte très bien son nom. Le texte est clair et précis... Les profanes adoreront le côté visuel, les personnes bien au fait des problèmes sanitaires dans la maison... aussi !“.

LES QUATRE SAISONS DU JARDIN BIO
“De conception très pédagogique et visuelle, l’ouvrage vous permettra d’appliquer intelligemment le principe de précaution, en vous permettant d’utiliser nombre d’outils de la modernité sans subir leur pollution”.

MÉDECINE DOUCE
 “Une véritable référence pratique en matière d’habitat écologique”. 

LA VIE NATURELLE
“A l’heure de la prise de conscience écologique, voilà indéniablement le livre qu’il nous faut...”.

BELLE SANTÉ “... ce livre propose tout ce qu’il faut faire pour se sentir encore mieux chez soi”....
 
Ces précédents ouvrages “Votre maison est-elle nocive ?” et  “Le guide du chercheur d’eau” sont des classiques incontournables de la géobiologie et de la recherche sourcière.
 

Thierry Gautier est également éditeur de GÉOBIOLOGIE MAGAZINE, un  magazine en ligne, consultable gratuitement sur le site www.conscienceverte.fr.

Il collabore avec de nombreux magazines comme “Les quatre saisons du jardin bio”, “Le journal de la nature”, “Vérité santé pratique”, “Rustica “... pour lesquels il écrit des articles sur le thème de l’influence des rayonnements et des matériaux sur la santé.