Vendredi 10 avril 2015 - 20h30 - Le Sterenn

René Vautier "l'indomptable"

Avant première du Festival Grains de sable

"L'indomptable" René Vautier, le cinéaste à la caméra rouge nous a quitté récemment. Une belle personne s'en est allée... Un Breton militant contre tous les colonialismes, réalisateur le plus censuré en France...Du mythique et disparu "Un homme est mort" adapté graphiquement par Kriss et Davaudeau à "Afrique 50" en passant par "Marée noire, colère rouge" sans oublier "Avoir 20 ans dans les Aurès", son oeuvre, ses images et paroles données ou recueillies restent.
Nous vous invitons à venir re-découvrir une sélection de courts métrage de ce grand bonhomme !

LE REMORD
un film de René VAUTIER - 1973 - 12 min.

Film dialogue où René Vautier s'interroge sur son incapacité à dénoncer un fait-divers raciste dont il est témoin entre un algérien et un policier parisien. Miroir de l'attitude de nombreux cinéastes français qui s'autocensurent dans les années 60 et 70, Le Remord montre comment e réalisateur justifie le choix de se taire sur les problèmes des immigrés algériens.


TECHNIQUEMENT SI SIMPLE
un film de René VAUTIER - 1971 - 11 min.

Un technicien coopérant se remémore son "travail technique" lorsque, durant le conflit algérien, il installait des mines qui tuent encore de nombreux civils...


 

LES TROIS COUSINS
un film de René VAUTIER - 1969 - 20 min.

"La face cachée de l'immigration. Un conte beau et triste de René Vautier avec Mohamed Zinet."
Fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d'un travail en France. Logés dans un étroit réduit, le poêle à charbon utilisé pour le chauffage provoque leur asphyxie.


 AFRIQUE 50

un film de René VAUTIER - 1950 - 17 min.

Afrique 50 est le premier film anticolonialiste français. À l’origine, il s’agit d’une commande de la Ligue française de l’enseignement destinée à montrer aux élèves la mission éducative menée dans les colonies françaises d’Afrique de l’Ouest. Mais, sur place, le réalisateur, âgé de 21 ans seulement, décide de témoigner de la réalité : le manque de professeurs et de médecins, les crimes commis par l’armée française au nom du peuple français, l’instrumentalisation des populations colonisées… Le film fut interdit pendant plus de 40 ans et valut à René Vautier plusieurs mois d’emprisonnement.